Warning: Parameter 1 to wp_default_scripts() expected to be a reference, value given in /home/clients/1ca0437e237902f6a6c351761f72aaae/fccss/wp-includes/plugin.php on line 600

Warning: Parameter 1 to wp_default_styles() expected to be a reference, value given in /home/clients/1ca0437e237902f6a6c351761f72aaae/fccss/wp-includes/plugin.php on line 600

Résultats

L’objectif principal de l’étude FCCSS est de mieux connaître les conséquences des traitements reçus dans l’enfance ou l’adolescence :
– en cherchant les liens entre les traitements reçus et la survenue de problèmes de santé ;
– en analysant l’impact des traitements sur les aspects non médicaux de la vie (devenir social, scolarité, emploi, vie familiale, qualité de vie …).
Les résultats publiés jusqu’à maintenant répondent à ces deux objectifs. Ils reposent à ce jour sur les analyses du devenir des personnes ayant été traitées avant 1985 (cohorte Euro2k). Les informations des personnes traitées de 1986 à 1999 sont en cours de recueil.

Qu’avons-nous déjà appris ?

Le devenir scolaire et professionnel

La situation professionnelle des adultes traités pour un cancer pédiatrique est globalement bonne quand on la compare à la population française de même âge et de même sexe. Mais ces résultats ne sont pas identiques selon le type de cancer pédiatrique. Les patients traités pour des tumeurs cérébrales ont plus souvent des séquelles cognitives (par exemple des troubles de la mémoire, de l’apprentissage ou de l’attention) et une situation professionnelle plus difficile que la moyenne des Français de même âge et de même sexe : en savoir plus.

Les problèmes médicaux liés aux traitements

Il est tout à fait possible d’avoir été traité pour un cancer pédiatrique et de ne jamais avoir de conséquence à long terme d’ordre médical, c’est-à-dire touchant à la santé physique, en lien avec les traitements reçus enfant ou adolescent. Inversement, des effets tardifs peuvent se manifester, parfois 15, 20 ou 30 ans après les traitements, entraînant potentiellement des complications importantes. Ces complications dépendent principalement, mais pas seulement, des traitements reçus dans l’enfance ou l’adolescence.

Des complications liées à la radiothérapie et à certaines chimiothérapies

Les effets tardifs de la radiothérapie dépendent des doses utilisées, de la partie du corps qui a été traitée et de la proximité des organes sensibles aux radiations. Jusqu’à très récemment, les doses toxiques à ne pas dépasser étaient calculées en fonction des effets indésirables à court terme, qui se produisent dans les quelques années qui suivent le traitement. Les travaux les plus récents, notamment ceux de la FCCSS, ont permis d’identifier des risques à long terme, aboutissant à une modification de certains traitements.
Les effets tardifs de la chimiothérapie sont plus difficiles à mettre en évidence car les traitements sont plus récents, plus nombreux et souvent combinés entre eux, ou combinés à de la radiothérapie. La toxicité de certaines classes de médicaments commence toutefois à être bien montrée, notamment celle des agents alkylants sur la fertilité et celle des anthracyclines sur le fonctionnement du cœur.

Les types de complications

Les séquelles les plus fréquentes sont de nature endocrinienne, c’est-à-dire qu’elles touchent à la fertilité, la production d’hormone de croissance, la production d’hormones thyroïdiennes.
Les complications cardiovasculaires et les risques de second cancer sont deux types de séquelles importantes, de par leur nature et leur fréquence. Certaines chimiothérapies ou la radiothérapie constituent des facteurs de risque aggravants.

Les séquelles orthopédiques sont également fréquentes chez les personnes traitées pour une tumeur osseuse ou pour une tumeur proche des vertèbres comme un neuroblastome ou un néphroblastome.
De plus, les séquelles cognitives peuvent être présentes, en particulier pour les personnes traitées pour une tumeur du cerveau et/ou par radiothérapie crânienne.

Des conséquences psychologiques peuvent également se manifester et certains anciens patients éprouvent le besoin de consulter un psychologue ou un psychiatre, même longtemps après la maladie, à l’âge adulte.

Pour en savoir plus sur les effets médicaux des traitements…

Et ma santé dans tout ça ?

La santé de chaque personne varie en fonction des traitements reçus dans l’enfance, de ses antécédents familiaux et de nombreux autres paramètres. Les résultats qui sont présentés ici sont généraux, et ne s’appliquent pas forcément à votre situation particulière. Si vous voulez faire le point sur votre santé, sachez que des consultations de suivi spécifique existent : en savoir plus.